top of page
  • Photo du rédacteurLoïc Morel

Les bitcoins sont-ils fongibles ?



Dès que le sujet de la fongibilité des bitcoins est abordé sur Twitter, on peut être témoin d’échanges animés entre chacun. « Bitcoin n’est pas fongible ! Les exchanges refusent les bitcoins mixés. », « Les bitcoins sont fongibles par nature, 1 btc = 1 btc ». En somme, personne n’est d’accord sur ce sujet.


Certains affirment que, quoi qu’il se passe, un bitcoin sera toujours égal à un autre bitcoin. D’autres, pensent que les bitcoins sont tous entachés, et qu’ils ne peuvent pas être fongibles. Enfin, certains nous assurent que les bitcoins ne sont naturellement pas fongibles, mais qu’ils pourraient le devenir, après l’utilisation de certaines techniques.


Moi aussi, la question de la fongibilité m’a longuement fait réfléchir. Les arguments de chaque partie semblaient valables, et pourtant, ils se contredisent les uns les autres. Finalement, je pense que, comme pour la notion de valeur, la fongibilité est moins dans la chose que l’estime que nous en faisons.


Ainsi, dans ce court article de réflexion, je vous explique pourquoi je pense que la fongibilité ne peut être qu’une notion subjective, et surtout, sur quels objets il est cohérent de l’estimer.


Pour comprendre ces différences de pensée sur le sujet de la fongibilité, je me suis lancé à la recherche de la signification de ce fameux mot. La définition de l’adjectif « fongible » est la suivante : « Se dit des choses qui se consomment par l'usage et peuvent être remplacées par une chose analogue. »


Lorsque j’ai découvert cette définition, j’ai compris la source des désaccords sur ce sujet. L’analogie est une ressemblance établie par l’esprit. L’estimation d’une chose comme étant analogue par rapport à une autre émane d’une réflexion individuelle. Elle est forcément relative au jugement subjectif des parties prenantes.


Par ailleurs, lorsque l’on étudie une qualité telle que la fongibilité d’une monnaie, je pense qu’il est essentiel de bien différencier l’unité de compte de son support.


Une unité est un étalon qui permet de mesurer des grandeurs de choses. Dans le cas de la monnaie, c’est ce qui permet à un individu, à partir d’une estimation subjective, de définir une valeur objective à un bien par le biais de son prix.


Le support d’une unité de compte matérialise et représente cette dernière. Par exemple, l’euro est une unité de compte et le billet de banque est le support de cette unité. Sur Bitcoin, on peut ainsi différencier l’unité bitcoin (btc/xbt) de son support, l’UTXO (Unspent Transaction Output).


La fongibilité est naturellement une caractéristique présente dans toute unité. En effet, un kilo sera toujours égal à un autre kilo en poids, c’est son principe même. Pour la monnaie, c'est pareil. L’unité de compte monétaire est par nature fongible. Par défaut, un bitcoin est égal à un autre bitcoin, un monero est égal à un autre monero, et un euro est égal à un autre euro. La fongibilité n’est donc pas une qualité optionnelle pour une unité monétaire, mais bien sa nature même.


C’est alors au niveau du support de cette unité de compte que la fongibilité peut être estimée. Toutefois, comme je vous l’ai expliqué précédemment, la qualification d’un objet comme étant fongible ne peut qu’émaner d’un jugement subjectif. C’est une appréciation individuelle qui ne peut pas être appliquée à l’ensemble des supports de même nature.


Par exemple, si je possède un billet de banque de 20 €, et que celui-ci est partiellement déchiré, peut-être que mon boulanger va refuser que je le paye avec ce billet. À cet instant, le boulanger estime que le support de mon unité monétaire euro est non fongible. Si j’utilise ce même instrument de paiement auprès d’un autre boulanger, celui-ci l’acceptera probablement, malgré le fait qu’il est partiellement déchiré. Dans cet exemple, on comprend bien pourquoi la fongibilité est une qualification subjective. Le premier boulanger a considéré que mon billet n’était pas fongible alors que le second a considéré ce même support comme parfaitement fongible.


Par ailleurs, la réflexion du boulanger se porte uniquement sur le support de la monnaie, et non sur l’unité de compte. S’il refuse mon billet de 20 €, ce n’est pas puisqu’il estime que l’euro n’est pas fongible, mais bien parce qu'il juge que mon billet n’est pas fongible. En d'autres termes, il craint que le support en question ne soit pas accepté pour un futur échange. Il craint que ce billet ne soit pas suffisamment analogue aux autres billets.


Il en va de même pour le bitcoin. Un UTXO peut être refusé par certaines personnes le jugeant non fongible, tandis que d’autres le considèreront comme fongible. Par exemple, si je possède un UTXO issu d’un CoinJoin et que je l’envoie vers un exchange régulé, celui-ci considèrera peut-être que mon UTXO n’est pas fongible. En revanche, si j’envoie ce même UTXO à un ami pour lui rembourser un repas qu’il m’a payé, celui-ci le considèrera sûrement comme fongible.


On ne peut donc pas dire de manière absolue qu’un UTXO donné est fongible ou non fongible, et encore moins que la totalité des UTXO sur Bitcoin sont fongibles ou non. Cela dépend du jugement individuel réalisé par le destinataire du paiement au moment de la transaction.


Toutefois, on peut définir certaines qualités pour un support qui permettront logiquement de faire baisser le nombre de personnes qui le considèrent comme non fongible. Par exemple, un billet de banque pour une unité de compte de 10 € va disposer de certaines faiblesses. Il peut facilement être déchiré, brulé ou abîmé. En revanche, si ces mêmes 10 € sont représentés par une pièce en métal au lieu d’un billet, alors le support aura tendance à être plus fongible. En effet, un morceau de métal est beaucoup moins altérable qu’un bout de papier. Il sera ainsi plus difficile de différencier deux supports de même nature. De manière générale, on aura donc un plus grand taux d’acceptation sur ce support. La durabilité pourrait alors être une qualité qui permet tendanciellement d’améliorer la fongibilité d’un support monétaire.


Cette réflexion est évidemment applicable aux monnaies électroniques. Leur support peut être doté de certaines caractéristiques qui vont généralement les faire tendre vers un meilleur taux d’acceptation, et par conséquent, vers plus de fongibilité. Par exemple, les UTXO en supports de moneros ont très peu de chance d’être considérés comme non fongibles par des personnes. Puisque l’on ne peut pas tracer leur historique, il est difficile d’y trouver des différences excluantes pour une personne destinataire.


En revanche, les UTXO sur Bitcoin vont disposer de certaines caractéristiques qui peuvent devenir excluantes pour ceux-ci. Parce qu'ils sont traçables, un individu destinataire sera en capacité d’établir des différences entre un UTXO ou un autre en fonction de son historique. Tendanciellement, cela fera baisser le taux d’acceptabilité de ce support.


Ainsi, on ne peut pas dire de façon absolue : “Monero est fongible, Bitcoin n’est pas fongible”. En revanche, on peut dire que tendanciellement, le support de la monnaie monero sera plus souvent fongible que le support de la monnaie bitcoin.


La fongibilité n’est pas une qualité attribuable à tous les supports d’une monnaie. Elle ne peut être jugée que lors d’un échange, support par support, en fonction de ses caractéristiques uniques et de la réflexion individuelle du destinataire.


Un support de monnaie n’est pas refusé parce qu'il est non fongible, comme on le suppose ; mais il est non fongible, parce qu'il est refusé. Car la fongibilité est moins dans la chose que l’estime que nous en faisons, et cette estime est relative à notre jugement individuel.

Comments


bottom of page